SPADB, VOLUME 1


I - LES PRINCIPAUX ECOSYSTEMES DE GUINEE

Pour les besoins de cette étude, les principaux groupes d'écosystèmes identifiés sont les suivants :
1°/- les écosystèmes terrestres ;
2°/- Les écosystèmes des eaux douces ;
3°/- Les écosystèmes côtiers et marins.

1 - LES ECOSYSTEMES TERRESTRES

Il existe en Guinée six principaux types d'écosystèmes terrestres qui sont :
- les écosystèmes de forêts denses humides;
- les écosystèmes de forêts denses sèches;
- les écosystèmes de savanes soudano-guinéennes;
- les écosystèmes de montagnes;
- les écosystèmes agricoles;
- les écosystèmes insulaires ;
- les plantations forestières.

1.1 - les écosystèmes de forêts denses humides

Ils se localisent au sud-est de la Guinée et sont du type Libero-ivoirien. Couvrant jadis 14 millions d'hectares, ils ne sont aujourd'hui que de 700.000 ha (Guillard 1989) repartis dans les Préfectures de Guéckédou, Lola, Macenta, N'zérékoré et Yomou .
Ces écosystèmes ont connu un net recul ces dernières années suite aux feux de brousse, l'élevage extensif, à l'exploitation forestière anarchique, à l'exploitation minière artisanale et industrielle et aux défrichements culturaux. Ils se trouvent actuellement dans un état très fragmenté.
Les espèces végétales caractéristiques de ces types d'écosystème sont : Picnantus angolensis, Piptadenia africana, Alstonia congolensis, Antiaris spp, Khaya grandifolia etc.

1.2. - les écosystèmes de forêts denses sèches

Ils couvrent la moitié Nord de la Guinée à l'exception du plateau central du Fouta-Djallon. Ces forêts sont presque annuellement parcourues par des feux de brousse. Elles couvrent environ 800.000 ha avec de beaux peuplements à Mafou, N'Dama, Kissidougou et à l'extrême nord de Macenta.
Les essences les plus caractéristiques de ces forêts sont : Melicia excelsa, Antiaris africana, Khaya senegalensis, Afzelia africana, Sterculia tragacanta, Cola cordifolia, Daniellia oliverii, Parkia biglobosa, Pterocarpus erinaceus, Terminalia spp, Combretum spp etc.
Ces écosystèmes renferment une faune riche et variée dont les espèces les plus rencontrées sont : Guib harnaché Tragelaphus scriptus, Potamochère Potamocherus porcus, Lion Panthera leo, Babouin de Guinée Papio papio, Sitatunga Tragelaphus speckii, Colobes divers Colobus spp.

1.3 - les écosystèmes des savanes soudano-guinéennes

Ils couvrent la majeure partie du territoire national et sont à chaque saison sèche, la proie des feux de brousse.
Ils se subdivisent selon l'état de la strate arborescente en - savane boisée, - savane arborée, - savane arbustive et savane herbeuse.
- La savane boisée : elle se caractérise par la présence d'arbres et d'arbustes formant un boisement ouvert. Ce type est rencontré un peu partout en Guinée et particulièrement en Haute Guinée avec comme espèces caractéristiques : Isoberlinia doka, Cacia sieberiana, Parkia biglobosa et Daniellia oliverii.
- La savane arborée : elle est caractérisée par la présence d'arbres et d'arbustes épars. Ce type est rencontré sur les plateaux et les pentes des collines. Les espèces comme Pterocarpus erynaceus, Erythrophleum guineense, Parkia biglobosa, Cuissonia angolensis sont caractéristiques de ce type de végétation.
- La savane arbustive : elle se distingue par la présence d'arbustes et d'un tapis herbacé continu et l'absence d'arbres. On y remarque surtout Hymenocardia acida, Andropogon gayanus.
Ce type de savane est rencontré surtout au Foutah Djallon.
- La savane herbeuse : elle se caractérise par l'absence d'arbres et d'arbustes. Ce type de végétation est surtout localisé dans les bowé qui sont recouverts en saison de pluie par des Poacae et des Pennisetum. Cette savane occupe des étendues considérables dans les Préfectures de Boké, Gaoual, Tougué, Koundara, Lélouma et Koubia .

1.4 - Les écosystèmes de montagne

La Moyenne Guinée et la Guinée Forestière sont les deux régions naturelles principalement montagneuses avec des hauteurs variant entre 500 et 1752 m. Ces écosystèmes constituent des réservoirs importants d'eau et c'est à juste titre d'ailleurs que la Moyenne Guinée est considérée comme le "château d'eau" de l'Afrique Occidentale.

1.5 - Les écosystèmes agricoles

Ils sont constitués d'une mosaïque de types de milieux réservés à l'agriculture et à l'élevage dans tous les écosystèmes. Ces milieux sont occupés de façon permanente ou temporaire. Il existe dans le pays des systèmes intensifs de production dans lesquels l'utilisation d'engrais par excès est source de pollution. Par ailleurs suite à certaines activités agricoles, l'introduction accidentelle et/ou intentionnelle des espèces étrangères de plantes constitue une menace sur les variétés locales.

1.6 - Les écosystèmes insulaires 

La Guinée a très peu d'îles. Les principales sont : l'île Alcatraz, l'île de Naufrage, les îles Tristao, les îles de Loos (Kassa, Tamara, Room, Korail et Banche), l'île Moteba (Rio pongo).

1.7 - Les plantations forestières

Certaines ont été réalisées pendant la période coloniale et d'autres au cours des différents plans de développement économique de la Guinée de 1963 à 1979.
La réalisation d'autres plantations a été poursuivie jusqu'en 1994. Ces plantations se retrouvent un peu partout dans le pays et particulièrement en Moyenne Guinée et en Guinée Forestière . Il s'agit notamment:
- des plantations de pin de Sébhory à Dalaba,
- de Gmélina et de Teck à Kindia
- de Teck à Gaoual, à Bérékéna à Kankan et à Pensély dans Mamou
- de Terminalia sp à Ziama dans Macenta

2 - LES ECOSYSTEMES DES EAUX DOUCES

La Guinée est dotée d'un réseau hydrographique relativement dense avec 1161 cours d'eau inventoriés et dont la superficie des bassins varie de 5 km2 à 99.168 km2 (Niger).
Ce réseau se caractérise par l'irrégularité du régime et le caractère international de 13 de ces fleuves qui irriguent la plupart des territoires Ouest Africains.
Le réseau hydrographique de la Guinée se résume à deux types de cours d'eau:
Cours d'eau des régions montagneuses: constitués de torrents, de cascades, de lacs, d'étangs, de marécages et de mares
( Moyenne Guinée, Guinée Forestière )
Cours d'eau des régions plates : constitués de méandres, de lacs, d'étangs, de mares (Haute Guinée ) et de deltas ( Basse Guinée ). Ces cours d'eau sont plus profonds que ceux des régions montagneuses et présentent un lit majeur plus grand et sont plus riches en faune et flore aquatiques.
Du point de vue écosystémique ces milieux se distinguent en écosystèmes lotiques et en écosystèmes lentiques.

2.1- En Basse Guinée

Les écosystèmes lentiques : dans les zones côtières, les plaines inondables et les mares sont en général associées aux estuaires et aux mangroves. Ces écosystèmes font l'objet d'intenses activités économiques.
Les écosystèmes lotiques : ils sont pour la plupart des cours d'eau à régime régulier en raison des fortes précipitations et la topographie très plane de la région côtière. Cependant, dans sa partie qui jouxte le Foutah Djallon dans ses contreforts les cours d'eau ont un régime quelque fois torrentiel en raison de la forte déclivité et des fonds rocheux.
Les fleuves les plus importants sont : Le Coliba, le Kogon, le Tinguilinta, la Fatala, le Konkouré, la Soumba, la Kolenté, et la Forécariah.

2.2- En Moyenne Guinée 

Les écosystèmes lentiques : ils sont constitués de plaines hydromorphes assez rares à l'exception de celles situées dans le bassin du Koliba au Nord-Ouest de la préfecture de Koundara.
Il existe quelques lacs et mares pérennes dans la Préfecture de Tougué. Ces sites constituent des lieux de pêche traditionnelle par excellence et des zones d'attraction des animaux.
Ecosystèmes lotiques : ils sont constitués essentiellement du Bafing et de la Gambie.

2.3- En Haute Guinée

Les écosystèmes lentiques : le relief peu accidenté de la région et son hydrographie font de lui une vaste plaine alluviale au milieu de laquelle serpentent de grands cours d'eau.
Les nombreuses et grandes mares et les plaines inondables qui longent les cours d'eau, s'étendent en moyenne sur des surfaces de 2 à 4 km2.

Les écosystèmes lotiques : ils sont constitués du Bafing, du Bakoye et du bassin du Niger dont les principaux affluents sont Mafou, Niandan, Milo, Tinkisso, Dion, Sankarani et Fié. Ils totalisent ensemble environ 2 500 km de cours d'eau.

2.4- En Guinée forestière 

Les écosystèmes lentiques : ils sont constitués de nombreuses et très petites mares de moins d'un hectare (mare d'hivernage à 1400 m d'altitude au Mont Nimba, étang de Samoe à N'zérékoré )
Les écosystèmes lotiques : ils sont constitués du Cavally, du Mano, du Diani, de la Loffa et de la Makona.

3 - LES ECOSYSTÈMES CÔTIERS ET MARINS

Le plateau continental guinéen long de 300 km de côte environ a une superficie totale de 47 400 km2. Par son étendue, il est le plus vaste de toute l'Afrique de l'Ouest.

3.1 - les écosystèmes côtiers 

 ils sont caractérisés par la présence de plages sableuses, de vastes étendues de plaines, avec une végétation luxuriante de forêts de mangrove qui constituent des frayères, des écloseries et des niches pour une gamme variée d'espèces marines.
La zone côtière joue un rôle important dans le développement de la riziculture, l'approvisionnement en bois d'énergie et de service, etc.

Les vasières : elles couvrent une superficie de 305 km² et constituent des aires de repos , des zones d'alimentation, des lieux de reproduction potentiels, des zones de nidation et d'hivernage pour un très grand nombre d'espèces d'oiseaux rares

Les écosystèmes estuariens : les principaux sont : l'estuaire du Kogon, l'estuaire du Tinguilinta, l'estuaire de la Fatala, l'estuaire du Konkouré, l'estuaire du Bofon et l'estuaire de la Mellakoré.
Les récifs coralliens : Les connaissances en écologie des récifs coralliens sont encore très limitées, ils se rencontrent dans les îles de loos, notamment au niveau des îles Corail, Blanche et Capri .

3.2 - les écosystèmes marins

Ils sont le domaine de la pêche artisanale avancée et de la pêche industrielle. Ces écosystèmes se subdivisent en deux zones qui sont :
- la partie intermédiaire du plateau continental d'une largeur de 40 à 100 Km, réservée à la pêche artisanale avancée ou glaciaire et à la pêche industrielle
- la partie externe du plateau continental d'une largeur maximale de 30 Km, occupe les profondeurs de 60 à 200 m et réservée à la pêche industrielle.

 

Cliquer sur le bouton pour aller au chaiptre précédent Cliquer sur le bouton pour retourner   à la table des matières Cliquer sur le bouton pour aller à la page suivante

Page d'accueil > Mise en oeuvre > Documents > Stratégie Vol 1 > Chapitre I Date de dernière mise à jour : 09/04/04

 © Centre d'échange de la République de GUINÉE
Sur le Réseau depuis le 1er septembre 2005