Les "actions" de coopération en faveur de l'environnement au Gabon

 

A côté des institutions nationales proprement dites, des gouvernements étrangers ou des organisations internationales participent d'une manière ou d'une autre à la conservation de la biodiversité. Cela se fait par le biais de "projets" ou de "programmes" qui viennent en appui à l'action des administrations nationales.
Ces "actions" sont le fait soit d'organisations du système onusien, soit le fait de l'Union Européenne ou de certains autres pays occidentaux. En voici les principales.

1. La coopération du système onusien

Les institutions du système onusien interviennent ici essentiellement par le biais du PNUD et de la Banque Mondiale dans le cadre respectivement du PNAE,  du projet "Forêt-Environnement"(PFE) et de l'élaboration la SNPA-DB (Stratégie Nationale et Plan d'action pour la Diversité biologique.

a) Le PNAE

C'est à la suite d'une mission de pré évaluation de la Banque Mondiale pour le PFE que le Gouvernement gabonais a accepté le principe de la préparation d'un schéma-directeur sur l'environnement qui prendra le nom de Plan National d'Action Environnementale (PNAE). Celui-ci sera le cadre de coordination et de supervision de toutes les actions touchant à l'environnement au Gabon. Le PNAE vise essentiellement l'établissement des priorités du Gouvernement en matière d'environnement et l'élaboration d'un cadre d'action permettant d'assurer la collaboration entre le Gouvernement, les bailleurs de fonds et les ONG dans le cadre de la mise en pratique des priorités évoquées ci-dessus.
Le PNAE a été officiellement lancé par un séminaire organisé à Libreville les 5 et 6 juin 1997. Depuis, il a organisé plusieurs séminaires régionaux à l'intérieur du pays.
Le PNAE a pour rattachement institutionnel le Ministère chargé de l'Environnement et bénéficie du soutien du PNUD.

b) Le PFE

I l s'agit d'un projet axé sur la restructuration des services chargés de la gestion de l'environnement afin d'assurer de meilleures pratiques de gestion forestière autant que faunique.
Le PFE doit conduire à une meilleure utilisation des ressources forestières notamment par l'appui à l'action gouvernementale dans la protection et la création de réserves et parcs nationaux.
Le PFE a pour rattachement institutionnelle le MEF et bénéficie de BM.

2. La coopération européenne.

L'Union européenne intervient ici dans le cadre du programme de conservation et d'utilisation rationnelle des écosystèmes forestiers en Afrique Centrale (Ecofac).
Le projet Ecofac vise à assurer une meilleure gestion et un développement durable des écosystèmes forestiers de plusieurs pays d'Afrique Centrale. Sa composante Gabon a pour cadre la réserve de la Lopé qui a donné son nom à la déclaration du 12 novembre 1988, véritable instrument de soutien à la gestion et à la conservation des écosystèmes forestiers en Afrique Centrale. Il s'agit, d'une certaine façon, de concilier les impératifs du développement durable et de la conservation de l'environnement.
Financé par le Fonds Européen de Développement, Ecofac a pour rattaches institutionnelles le MEF.

3. Les coopérations bilatérales.

a) La France.

Dans le domaine de l'environnement, la France intervient par son soutien à la coordination du Plan d'Action Forestier Tropical (PAFT). Le PAFT, défini et lancé en 1985 au sein de la FAO vise l'amélioration des techniques sylvicoles et l'aménagement des forêts.
Le PAFT a pour rattachement institutionnel le MEF.

b) La République Fédérale Allemande.

La coopération allemande (GTZ) intervient essentiellement au niveau de l'ENEF dont elle a appuyé la restauration.

c) Les Etats-Unis.

Les Etats-Unis interviennent ici par le biais de l'USFWS qui a apporté un appui à des activités de conservation à Gamba. De même, le Département américain de la Défense a apporté un appui logistique (radio) à la DFC.

4. Les ONG.

Plusieurs organisations non gouvernementales interviennent dans le domaine de l'environnement au Gabon, elles sont autant nationales qu'internationales. La plus importante d'entres elles (ne fût-ce que par le nombre de projets réalisés ou initiés) est le WWF.
Le WWF, présent au Gabon depuis 1985, a signé une convention d'entreprise avec la République Gabonaise le 12 septembre 1991. Très active, elle exerce une action multiforce qui va de l'appui aux institutions nationales (telle la DFC), à l'amélioration de la gestion et au développement des infrastructures dans le complexe d'aires protégées de Gamba, en passant par la mise en place d'un programme nationale d'éducation à l'environnement.

 

Page d'accueil >  Coopération

Dernière mise à jour: le 26-05-2003


©2002. Participer à la vie du centre d'échange en contactant:
Marthe MAPANGOU
Téléphone: +241-31 26 23
Fax: +241-76 55 48
Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et le Centre d'échange belge et le Centre d'échange du Gabon , en ligne depuis le 29 mars 2002