Le concept de Biodiversité 


Situation de la biodiversité à l'échelle mondiale

Selon les scientifiques, le nombre total d'espèces varie entre 3 et 100 millions, avec des estimations raisonnables tournant autour de 13 à 15 millions d'espèces. Jusqu'à ce jour, seules 1,75 millions d'espèces vivantes ont été identifiées (largement représentées par les insectes). On ne cesse de découvrir de nouvelles espèces chaque jour, dont la plupart sont des invertébrés. Durant les années 90, environ 13 000 nouvelles espèces ont été décrites pour la première fois chaque année.

Le tableau ci-dessous reprend le nombre approximatif d'espèces dans chaque groupe (UNEP, Global Biodiversity, Assessment, 1995):

Groupe

Nombre d'espèces
décrites
Nombre d'espèces
estimées
Virus

4 000

400 000

Bactéries

4 000

1 000 000

Champignons

72 000

1 500 000

Protozoaires

40 000

200 000

Alges

40 000

400 000

Plantes

270 000

320 000

Nématodes

25 000

400 000

Crustacés

40 000

150 000

Arachnides

75 000

750 000

Insectes

950 000

8 000 000

Mollusques

70 000

200 000

Vertébrés

45 000

50 000

Autres

115 000

250 000

Total

1 750 000

13 620 000

 

Les maux de la biodiversité 

Les différentes espèces ainsi que les habitats qui les supportent sont en voie de disparition, ou menacés de disparaître. Ce phénomène de disparition s'explique par : 

  • la perte et la destruction des habitats sont souvent le résultat direct des activités humaines en raison d'une croissance élevée de population. Tandis que nous éliminons des forêts, creusons des mines, construisons des villes ou des réseaux routiers, nous détruisons des habitats. Quand ceux-ci se réduisent, la disponibilité d'abris et de nourriture est moindre pour la vie sauvage. Une compétition s'ensuit, non seulement entre les espèces qui partagent ces habitats mais également entre ces espèces et les hommes. Moins il y a d'individus dans une population, plus la recherche d'un ou plusieurs partenaires est difficile. Les habitats ont tendance à se morceler, ressemblant de plus en plus à des îlots. Les animaux trouvent plus difficilement la nourriture et sont parfois amenés à se déplacer par des voies semées d'embûches,
  • l'introduction d'espèces étrangères (exotiques ou non natives) peut déstabiliser des écosystèmes entiers et avoir un impact majeur sur les populations natives de plantes ou animaux. Les espèces étrangères deviennent quelquefois très envahissantes et affectent dès lors les espèces natives soit les dévorant, en les contaminant, en exerçant une compétition ou en se reproduisant avec elles. L'invasion biologique opère de différentes façons: les graines s'accrochent aux vêtements, les rats empruntent les bateaux, les insectes sont introduits suite au transport international de nourriture et de bois, de nombreuses espèces marines circulent dans l'eau de ballast des bateaux. Le nombre d'espèces introduites, intentionnellement ou non, dans des zones inhabituelles, est supposé augmenter au rythme du commerce international, du transport et du tourisme qui ne cessent d'augmenter,
  • la pollution et contamination, dont l'homme est le principal acteur (e.g. pluies acides, déversement accidentel de pétrole, déchets nucléaires, utilisation exagérée de pesticides), peut affecter la biodiversité à tout niveau.
  • le taux de croissance de la population : plus de 6 milliards de personnes habitent sur Terre. De plus en plus de ressources naturelles sont utilisées pour répondre aux besoins en nourriture, eau, médicaments, vêtements, abris et sources d'énergie, dilapidant ainsi les ressources naturelles pour les populations terrestres et les habitats.
  • la surexploitation, que ce soit par la chasse, la pêche ou prélèvement de toute sorte, d'une espèce ou population peut mener à sa disparition. Bon nombre de ressources naturelles dans le monde disparaissent plus rapidement qu'elles ne peuvent se régénérer. La morue est un poisson commercial surexploité, tandis que de nombreux dauphins et tortures meurent dans les filets. Des gens transportent des plantes sauvages, achètent des animaux exotiques, rapportent de l'ivoire comme objet décoratif ou de la corne de rhinocéros pour ses soi-disant propriétés aphrodisiaques.
  • les changements climatiques modifient les conditions environnementales. Alors que les humains brûlent plus de combustibles fossiles, comme le pétrole ou le charbon, le taux de gaz carbonique augmente dans l'atmosphère. Le gaz carbonique - CO2 - est un des principaux gaz à effet de serre. Il permet l'arrivée des rayons du soleil jusqu'à la Terre mais empêche la chaleur dégagée par la Terre de quitter l'atmosphère pour retourner dans l'espace, ce qui contribue au réchauffement de l'atmosphère. Il existe d'autres gaz tels les oxydes d'azote et le méthane qui contribuent également au réchauffement terrestre. En conséquence, les températures moyennes sur Terre sont en train d'augmenter.  Ces changements climatiques modifient les écosystèmes qui supportent la vie. Certaines espèces et populations pourraient disparaître si elles sont inaptes aux nouvelles conditions climatiques ou à se déplacer, tandis que d'autres, telles que certains microbes ou parasites, risquent de prospérer.

 

 

Pour plus d'informations, se référer à : 

 

Page d'accueilConvention> Biodiversité> Situation mondiale

Dernière mise à jour: le 26-05-2003


©2002. Participer à la vie du centre d'échange en contactant:
Marthe MAPANGOU
Téléphone: +241-31 26 23
Fax: +241-76 55 48
Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et le Centre d'échange belge et le Centre d'échange du Gabon , en ligne depuis le 29 mars 2002