Rapport national biodiversité

 

I. Introduction : le Gabon physique, humain et naturel

 

1.1. Environnement physique et humain

1.1.1. Localisation (figure 1)

A cheval sur l'Equateur, entre les latitudes 2°30'N et 3°55'S, entre le Berne et le 14ème méridien, pays du Golfe de Guinée, le Gabon couvre une superficie de 267 667 km. Il est limité au Nord-Ouest par la Guinée Equatoriale, au Nord par le Cameroun, au Sud et à l'Est par le Congo, et à l'Ouest par le littoral atlantique de 800 km.

1.1.2. Oro hydrographie (figure 2)

Le Gabon, composé de plateaux et de collines, est un pays vallonné. Sa topographie, rarement plate admet pour point culminant, le Mont Millondo, haut de 1025 m, situé dans le Massif du Chaillu. Ainsi, trois grands ensembles de reliefs sont observés au Gabon :

  • les plateaux de l'Est et du Nord (pénéplaines de Minvoul et de l'Ivindo), et les plateaux Batékés ;
  • une bande montagneuse centrale (Mont de Cristal, Mont de Njolé et le Massif du Chaillu) coupé par l'Ogoué, et la Chaîne côtière constituée par la retombée septentrionale du Mayombé,
  • la plaine côtière et ses plateaux résiduels (Grès de Ndombo, Wonga-wongué), les plaines mineures de la Nyanga et de la Ngounié

Le système hydrographique est caractérisé par un réseau très dense qui alimente principalement l'ogoué et ses affluents, la Nyanga, le Komo, le Ntem et quelques petits fleuves. Le bassin de l'Ogouédraine 72% du territoire gabonais.

1.1.3. Géologie (figure 3)

La géologie tectonique présente trois grands ensembles localisés sur la bordure nord-ouest du craton du Congo. Ces ensembles sont les socles archéens, les couvertures sédimentaires protérozoïques.

Le socle archéen (-2 700 MA ), cristallin et cristallophyllien, constitue le Massif du Chaillu, les pénéplaines de Minvoul et de l'Ivindo (Nord-Gabon) et de la chaîne du Mayombé. L'intérêt metallogènique porte sur le fer associé aux itabrites (Mékambo, Belinga), l'or (Eteke), le Diamant (Makongonio), le chrome, le nickel, platine, etc.
La couverture protérozoïque (- 2700 à 600 M A) comprend :

  • le protérozoïque sédimentaire (- 2700 à 1 700 M A) : système Francevillien, système enstallophyllien de l'Ogooué et système du Mayombe,
  • le proterozoïque supérieur (- 1000 à - 600 M A) : L'intérêt métallogénique porte sur le gisement d'uranium et de manganèse (Francevillien), le cuivre, fer, le plomb, zinc.

La couverture sédimentaire phanérozoïque (-600 à nos jours) est représentée par :

  • Le bassin sédimentaire de la marge côtière de 5 000 km². Son intérêt métallogénique est centré particulièrement sur le pétrole,
  • Les plateaux Batékés (sables et grès), 14 000 km² au Gabon

1.1.4. Climat (figure 4)

Au Gabon, on distingue trois régions climatiques :

  • Un climat équatorial typique dans la zone nord, caractérisé par quatre saisons, deux pluvieuses (septembre à décembre et de mars à juin) et deux saisons sèches qui s'intercalent aux saisons des pluies ;
  • Un climat équatorial de transition de zone centrale, caractérisé par une très grande saison des pluies qui laisse peu de place à la petite saison sèche et une grande saison sèche bien marquée ;
  • Un climat équatorial de transition du Sud Ouest et du Littoral, caractérisé par une longue saison sèche de 4 à 5 mois.

1.1.5. Sols

Les sols gabonais sont essentiellement ferralitiques, avec des réserves minérales pauvres et un faible potentiel en ferralitiques. C'est la couche humide caractéristique des zones fortement boisées qui est en agriculture traditionnelle.

1.1.6. Population

Le Gabon fait parti des pays les moins peuplés de la sous région de l'Afrique centrale. Ce pays compte à peine 1 140 000 habitants (recensement 1993), ce qui correspond à une densité de 3,8 habitants au km². Cette population est inégalement répartie. Plus de 73% est concentrées dans trois villes. Libreville compte environ 419 596 habitants, Port Gentil, capitale économique, et Franceville comptent respectivement 79 225 et 31 183 habitants.

1.2. État des ressources naturelles du Gabon

1.2.1. Les ressources renouvelables

1.2.1.1. Les ressources forestières

La forêt gabonaise couvre environ 21,5 millions d'hectares, soit plus de 80% de territoire caractérisé par les peuplements riches en Okoumé, en Ozigo et bois divers.

L'estimation du potentiel ligneux commercialisable est de 1,5 milliards de m³ de bois sur pied, dont 400 millions de bois commercial total et 130 millions de bois d'okoumé, d'une possibilité annuelle de 3 millions de m³ de bois au rythme actuel d'exploitation d'environ 2 millions de m³de bois par an (Ministère des Eaux et Forêts, 1996).

La gamme des produits divers tels que plantes médicinales, miel, légumes, lianes, fleurs, fruits, feuilles, etc., est également en quantité abondante.

Les ressources forestières, dont le bois, occupent la deuxième place dans les recettes d'exportation du pays. Il rapporte environ 50 milliards de FCFA par an, soit 18% du PIB et près de 28% de la population avec plus de 10 milliards FCFA de salaires distribués annuellement, se plaçant ainsi en tête des employeurs du secteur privé.

La forêt a été la première ressource exploitée au Gabon. Au début des années 60, elle représentait 80 à 90% des exportations. Aujourd'hui elle ne représente plus que 15%, du fait du poids écrasant du secteur pétrolier.

1.2.1.2. Les ressources halieutiques

Il convient de préciser que le Gabon ne dispose pas de moyens propres lui permettant d'évaluer son stock d'animaux marins et de le suivre. Pour ce faire, ce pays a régulièrement recours au navire océanographique du Dr Fridtjof Nansen avec le concours financier de la FAO. Le dernier recensement effectué par ce navire en 1995 a permis d'estimer à 324 000 t la biomasse halieutique, comprenant 187 000 t de poissons pélagiques et 135 000 t de poissons démersaux. Mis à part les crevettes, dont le stock est évalué à 2000 t, les crabes, les langoustes et céphalopodes, (seiche et calamars) sont mal connus quoique régulièrement capturés. Si l'on y ajoute les 350 000 à 550 000 t de thonidés que le Gabon partage avec le Congo, la Guinée Équatoriale, Sao Tomé et Principe, il y aurait de 674 000 à 874 000 t de poissons disponibles aux pêcheurs gabonais.

1.2.1.3. Les ressources agricoles et l'élevage

En dépit des potentialités importantes du Gabon (disponibilité des terres, abondance en eau et bon ensoleillement), et malgré les investissements alloués à ce secteur, l'agriculture et l'élevage restent peu développés. Ce secteur produit à peine 20% des besoins alimentaires du pays. De ce fait, le Gabon reste indépendant de ses voisins dans le domaine alimentaire de base.

1.2.2. Les ressources non renouvelables

1.2.2.1. Le pétrole, l'uranium et le manganèse

Le pétrole, l'uranium et le manganèse représentent à eux seuls plus de 80% des exportations gabonaises.

Depuis 1974, le pétrole est le principal moteur de la croissance économique du Gabon. En dépit des difficultés que connaît la commercialisation de ces ressources, elle occupe encore 60 à 80% des recettes budgétaires.

L'uranium, après ses belles années de rentabilité ou le Gabon produisait jusqu'à 1000 tonnes l'an a profondément chuté du fait du ralentissement des programmes nucléaires. Malgré tout, le Gabon exploite encore de nos jours environ 600 kg/an de cette ressource.

L'exploitation du manganèse qui, dans le passé produisait plus de 2 millions de tonnes par an s'est également réduite du fait de la crise mondiale de la sidérurgie. Avec un peu plus d'un million de tonnes par an produit ces dernières années, le Gabon est le troisième producteur mondial de manganèse.

1.2.2.2. Les autres ressources

Elles ne sont pas réellement exploitées, toutefois, les indices montrent que ces potentialités existent au Gabon et ne sont pas négligeables. Ainsi les réserves d'or sont estimées entre 30 et 50 tonnes, alors que celles du fer sont d'environ 1 milliard de tonnes. Enfin, les indices de diamant sont abondants mais les quantités sont imprécises.

 

 

Page d'accueilContribution > Documents nationaux > Rapport national > Introduction

Dernière mise à jour: le 17-02-2004


©2002. Participer à la vie du centre d'échange en contactant:
Marthe MAPANGOU
Téléphone: +241-31 26 23
Fax: +241-76 55 48
Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et le Centre d'échange belge et le Centre d'échange du Gabon , en ligne depuis le 29 mars 2002